Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog attentiontravaux.suite
  •   le blog attentiontravaux.suite
  • : Famille, lectures, humeur du jour.
  • Contact

  • bricol-girl

visiteurs

Archives

Articles Récents

19 mai 2011 4 19 /05 /mai /2011 07:29

jeudi 19 mai 2011



Entendu dans les vestiaires de la piscine : « Alors tu vois, il y a les veufs et les veuves, les orphelins et rien pour les parents qui ont perdu un enfant »
Plusieurs fois je m’étais fait la même réflexion pensant que j’ignorais tout simplement le mot.
Une fois rentrée à la maison j’ai  cherché, vainement, je n’ai vu que « souffrance indicible » et c’est bien parce que c’est indicible sans doute que quelques consonnes et voyelles seraient peu de chose face au vide immense laissé par la perte d’un enfant.
Ce mot inconnu de moi existe peut-être dans une autre langue.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

marie-madeleine 20/05/2011 09:18



L'indicible ne peut se dire! et c'est tellement horrible, c'est la pire des douleurs. Ma grand-mère qui perdit un fils (27 ans) en montagne, m'a confié qu'elle ne s'en ai jamais remise



nicole 86 19/05/2011 17:47



Il n'y a pas de mot, non plus, pour celui ou celle dont le frère ou la soeur est mort.


Oui, je n'emploie pas le mot perdre qui était bien trop polysémique pour la petite fille que j'étais (et reste).


nicole qui porte juste le qualificatif d'enfant de remplacement.



Coumarine 19/05/2011 14:35



en Belgique, on parle de parents désenfantés.... ;-((



patriarch 19/05/2011 14:19



C'est vrai.... deux jumeaux pour moi.... bel après midi.



Alexia 19/05/2011 13:24



nous, on dit "désenfantés"..... mais ça ne rend pas la douleur plus supportable pour autant...